STAN, aux éditions VFB, de Gilles Milo-Vacéri

image_564Ce roman m’a été proposé en partenariat avec le forum « Have a break, Have a book » :

4ème de couverture :

Samedi 6 juillet 2013, 17h30.

C’est une belle après-midi d’été et Marseille somnole tranquillement au gré du soleil et d’une température encore trop étouffante.

Quand le commandant Fabian Galardino de la criminelle apprend qu’un autobus de la ville a été la cible d’un attentat, il se rend immédiatement sur place. Il découvre un véritable carnage, perpétré par deux tueurs chinois lourdement armés, où sept personnes ont été tuées, y compris Isabelle, son ex-femme. Bien que divorcé, Fabian espérait secrètement la reconquérir un jour prochain. Effondré, il est mis en congé par son divisionnaire, Marcel Lagrange.

Deux jours après ce drame, Stan, le tueur en série surnommé Le Nettoyeur, s’évade des Baumettes. Cet ancien officier de la Légion Étrangère a été condamné pour les assassinats sauvages d’une ribambelle de dealers marseillais. La mort de sa fille de quatorze ans ayant succombé à une overdose et le suicide de son épouse l’ont poussé à commettre cette terrible hécatombe par vengeance. Pour l’avoir arrêté une première fois, le commandant Galardino est rappelé d’urgence et on lui demande de retrouver Stan, toutes affaires cessantes.

Fabian en profite pour garder un œil discret sur l’attentat du bus dont l’enquête est dirigée par son meilleur ami et adjoint, le capitaine Guy Larboise. Chez l’un de ses indics, il rencontre Sonia Vecchia, une journaliste d’investigation indépendante qui va le mettre sur une piste très inquiétante, alors que de son côté, Stan semble avoir complètement disparu.

Dessaisi et suspendu suite à une opération de police mal organisée, Fabian Galardino ne renonce pas et poursuit malgré tout ses investigations qui l’emmèneront au bout du monde, du Liban à la Chine, en passant par la Corée du Sud.

De nombreuses questions assaillent sans cesse son esprit. Pourquoi Stan s’est-il évadé et comment a-t-il pu disparaître sans laisser de traces ? Que viennent faire des chinois dans un règlement de comptes à Marseille ?

Entre l’attentat, un deuil douloureux, Stan en cavale, plusieurs tentatives d’assassinat, une prostituée chinoise qui parle un français impeccable, un trafic de stupéfiants qui repose sur une nouvelle héroïne plus pure que jamais et de rares indices parfois contradictoires, Fabian comprend rapidement qu’il a mis les pieds dans un véritable nid de frelons.

Un nid de frelons asiatiques, bien sûr…

 

Mon avis :etoiles

Ma plus grande crainte lorsque je commence un roman est de ne pas être accroché par les premières pages. Lorsque j’ai chargé ce livre dans ma tablette et que j’ai vu 1905 pages s’afficher, je me suis dit que ce roman devait prendre son temps pour mettre en place l’histoire.

Mais quelle ne fut pas ma surprise lorsque je me suis retrouvé plongé (que dis-je ?), happé par l’histoire qui commence sur les chapeaux de roue ! L’auteur a su en quelques pages à peine me faire aimer ce Fabian Galardino, ce flic marseillais à la fois caricatural et atypique. Caricatural car c’est le flic typiquement marseillais avec ses ressources, ses indics, son tempérament méditerranéen. Atypique car incorruptible (paradoxal avec l’idée, certainement véhiculée par les médias, qu’on se fait d’un flic marseillais), emprunt de justice, représentant la loi et l’exemple, mais n’hésitant pas à les enfreindre pour atteindre la justice.

Ceux qui me connaissent diront que le fait que je sois marseillais également biaise mon jugement. Peut-être… Mais lorsque le caractère de ce personnage et la description fidèle des lieux m’ont poussé à tourner les pages suivantes, l’auteur a définitivement terminé de m’accrocher à son roman grâce à un rebondissement que je n’ai absolument pas vu venir (c’est vous dire tout le talent de l’auteur !). Là, j’étais piégé : il fallait que je continue à lire pour comprendre les relations habilement tissées entre la vie personnelle de Fabian et le sac de nœuds que constitue l’intrigue principale du roman. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas ressenti une telle frénésie de lecture ! J’ai donc dévoré les pages, allant de rebondissements en scènes d’action, d’indices en indices, de lieux connus en lieux connus, me baladant dans Marseille tout en restant chez moi…

Je ne vous dévoilerai pas le contenu du roman, tant cela gâcherait le plaisir de votre lecture. Je peux simplement vous dire que l’histoire est très bien ficelée, que l’auteur profite des rebondissements du scenario pour tisser des liens étroits entre des personnages que tout oppose de prime abord, mais qui, au final ont tant en commun. La psychologie de chacun d’entre eux est poussée, ils possèdent tous une existence à part entière. Cependant, les personnalités des personnages sont faites de manière à être complémentaires, et attachantes. Par exemple, Stan, qui est certainement le plus dangereux des tueurs en série, qu’on devrait mépriser pour toute ses actions détaillées dans le roman, en devient un personnage attachant, tant on bascule dans son univers. L’auteur arrive à faire en sorte que le lecteur puisse s’identifier à toute ou partie de la personnalité de chacun des protagonistes.

Le style de l’auteur est simple, mais redoutablement efficace : des phrases rythmées, la plupart du temps par des dialogues. Les passages de description sont courts, mais suffisamment détaillés pour immerger le lecteur dans l’univers des personnages. Quant à la chute du roman ? Ne comptez pas sur moi pour vous la dévoiler, mais elle a été à la hauteur de toutes les interrogations que je me suis posées au fil de ma lecture. Lorsque j’ai tourné les dernières pages, l’adrénaline accumulée tout au long du roman est retombée brutalement. Ce roman m’a laissé un souvenir qui restera longtemps gravé dans ma mémoire.

Sans doute le meilleur livre que j’ai lu depuis ceux de Maxime Chattam… Si vous ne devez en lire qu’un cette année, c’est sans conteste celui-là !

Publicités
Cet article a été publié dans Mes lectures, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s