Avril – La guerre des éléments 1, de Perrine Rousselot, éditions Kitsunegari

avrilCe livre m’a été proposé dans le cadre d’un partenariat avec le forum Have a break, have a book :

4ème de couverture :

Je m’appelle Avril, j’ai dix-sept ans et la vie d’une adolescente normale. J’ai un petit ami qui s’appelle Mickaël et ma meilleure amie Aline est en Terminale avec moi. Chose qui pourrait paraître étrange, j’ai un animal de compagnie qui s’appelle Lux, c’est une luciole. Le jour où je découvre un monstre sous mon lit, je me précipite chez Mickaël mais y découvre un autre garçon du nom de Snow qui me vole un baiser. Qui est-il ? Et comment peut-il savoir tant de choses sur moi et mon amitié particulière avec Lux ?
Mon avis :etoiles2
Dans ce premier roman de Perrine Rousselot, tous les ingrédients sont réunis pour captiver le lecteur. Une héroïne, Avril, jeune fille banale qui voit sa vie basculer lorsqu’elle prend conscience, lors de son éveil, que le monde n’est pas tel qu’elle le voyait jusqu’alors. Un second personnage, Snow, énigmatique. Un monde parallèle dissimulé dans le notre, où des adolescents sont choisis par les grandes puissances se disputant l’équilibre de notre monde (les Obscurs, la Lumière, la Foudre, le Feu…), et qui possèdent tous un totem animal symbole de leur appartenance à l’une de ces puissances. Une agence non officielle essayant de maîtriser l’équilibre du monde. Au fil des pages, on s’attache à Avril et Snow, qui se rapprochent l’un de l’autre : la psychologie des personnages est travaillée par l’auteure, ce qui les rend vivants et humains. Ils sont confrontés aux doutes, aux émotions, tout cela permet au lecteur de s’identifier à l’un d’entre eux.
Cependant, quelques éléments m’ont empêché de dévorer cette histoire sans lâcher le livre. Le style de l’auteure est parfois décousu : j’entends par là qu’on passe d’une scène à une autre sans réelle transition. Les éléments nouveaux qui permettent de faire progresser l’histoire (arrivée d’un nouveau personnage, une prophétie, …) donnent l’impression d’être parfois parachutés et cela casse le rythme de lecture. Heureusement, l’attachement émotionnel aux personnages m’a poussé à poursuivre la lecture, tant je voulais savoir ce qui allait leur arriver. Je déplorerai également un manque de fluidité dans le style de l’auteure : certains passages auraient mérités d’être retravaillés, notamment au niveau de la ponctuation, qui donne le rythme à la lecture. La SCISCO, organisation agissant dans l’ombre pour garantir l’équilibre du monde, donne trop souvent l’impression d’être dépassée (les méchants s’introduisent dans leur QG comme ils le veulent, ils ont souvent un temps de retard sur les héros alors qu’ils leur apprennent tout au départ…). Peut-être que ma vision des choses est déformée par toutes ces séries américaines stéréotypées…
Ces éléments ne sont que des détails mineurs, qui auraient pu faire de ce premier roman un excellent livre dont on garde un souvenir impérissable. Ils ne doivent pas occulter le fait que l’histoire est originale, travaillée, et qu’elle captive le lecteur. Je vais donc enchaîner avec le tome suivant, en espérant qu’il soit sur la même lancée.
Publicités
Cet article a été publié dans Mes lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s