Extraits d’Autres Temps – Légendes oubliées

première de couverture10155300_512304328875280_2699298448935348296_nA quelques jours de la sortie du recueil, voici quelques extraits pour vous mettre dans l’ambiance…

Voici un extrait de la première nouvelle du recueil « Matagot, le chat diabolique » :

Le pas des talons de ses bottines de cuir se répercutait, tel un écho, contre les rayonnages de livres. Elle tenait une lanterne dans sa main droite, composée d’un brûleur au niveau du socle d’où pointait une flamme timide, encadré par quatre parois de verre et surmonté d’une anse en métal. Dans l’obscurité de la bibliothèque, la flammèche vacillante dessinait des ombres sur les hautes étagères couvertes d’ouvrages : les murs de la pièce circulaire débordaient de livres et de parchemins.
Mais si elle avait attendu la nuit pour s’introduire par effraction dans cette salle interdite au public de la bibliothèque de la cité, ce n’était pas pour en admirer tous ces ouvrages, mais bien pour un seul d’entre eux. Elle fit coulisser l’échelle de bois sur les rails cerclant la pièce jusqu’à la lettre M. Puis, elle grimpa félinement les barreaux en s’aidant de sa main gauche, l’autre tenant toujours la lanterne. Son pantalon de cuir noir moulant ses formes émettait de faibles couinements à chacun de ses mouvements, tout comme sa veste cintrée faite du même tissu. Elle balaya de sa lumière les livres anciens du troisième étage, cherchant sa proie.
Lorsqu’elle le trouva enfin ses yeux s’écarquillèrent, son rythme cardiaque accéléra. Elle accrocha la lanterne au crochet prévu à cet effet sur le montant de l’échelle. De sa main droite, elle tira délicatement l’ouvrage qui glissa sans bruit contre ses congénères. Lorsqu’il fut libre, elle fixa un court instant sa couverture de cuir rouge foncé, s’assurant que c’était bien celui qu’elle cherchait. Elle sourit et le glissa dans le sac qu’elle portait en bandoulière.
— Evangeline, tu es la meilleure ! se congratula-t-elle dans un chuchotement.

Un extrait de la nouvelle « Le secret de la bête d’Angles » :

La voiture avançait rapidement, au rythme des décompressions de vapeur, expulsée par les six tuyaux d’échappements latéraux du moteur, et des couinements de ses roues d’acier, sur le chemin pavé menant à l’entrée du village.
— Nous arrivons, Monsieur, dit le chauffeur.
Martin leva la tête de son livre et observa le mur d’enceinte délimitant l’entrée du hameau, haut d’un bon mètre et demi, tout en pierres apparentes, à travers le pare-brise, au gré des soubresauts de son taxi.
— Parfait, répondit-il simplement en refermant son livre avant de le ranger soigneusement dans sa sacoche.
— Où est-ce que je vous dépose ?
Martin pencha la tête pour observer à travers la vitre latérale l’édifice conique, sombre, dépassant des toits. Ce jeune homme, proche de la trentaine, aux traits fins, cheveux noir ébène en bataille, aux yeux bleus et lunettes à la monture arrondie sur le nez, sourit en l’apercevant.
— A l’église, s’il vous plaît, demanda-t-il au chauffeur, en réajustant son col romain de la main droite.

Venez découvrir le personnage du Père Martin : énigmatique, charismatique, un prêtre pas tout à fait comme les autres… Rendez-vous le 12 mai 2014 !

Publicités
Cet article a été publié dans Autres Temps - Légendes oubliées. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s