Sutures, de Frédéric Livyns, éditions Lune Ecarlate

sutures

Ce recueil de nouvelles m’a été proposé à chroniquer par les éditions Lune Ecarlate, que je remercie.

Résumé de l’éditeur :

Qu’est-ce qu’une vie?

Des fragments de temps que l’on essaie d’agencer à notre convenance ?

On a beau essayer d’agir au mieux, on ne dispose jamais de toutes les cartes.

Tout ce qu’on a créé peut être balayé d’un revers de main du Destin.

Quoi que l’on fasse, la souffrance et la mort ne sont jamais bien loin.

Elles guettent le moindre de nos faux-pas afin d’imprimer dans notre chair et notre esprit des cicatrice indélébiles.

Des sutures que nous nous efforçons de cacher…

Mon avis :etoiles

Ce recueil de 23 nouvelles horrifiques nous entraîne dans des univers angoissants, faisant naître peu à peu l’angoisse, parfois la peur, tant l’auteur parvient à faire émerger ces sentiments par la fluidité de son texte et l’incroyable réalisme des descriptions des scènes.

En lisant les deux premières nouvelles, je pensais avoir affaire à des textes parlant de fantômes, revivant ou découvrant leur passé. Du déjà vu, me suis-je dit. Mais en poursuivant la lecture des nouvelles suivantes, une angoisse s’est peu à peu emparée de mon esprit puis de mon estomac : l’auteur décrit des situations que nous pourrions rencontrer tous les jours, de réelles moments de vie dans lesquelles le lecteur est obligé de se retrouver projeté. D’où le serrement de mon estomac.

Comment rester impassible devant les événements se déroulant dans « La cave », « La défaite » ou encore « Poupée d’amour » ? Comment ne pas se laisser emporter dans ces situations qu’on ne pense pouvoir n’arriver qu’aux autres, mais qui, une fois la lecture terminée, nous font prendre conscience que cela pourrait nous arriver n’importe quand, qu’il suffit de quelques secondes pour tout perdre, pour voir nos proches s’en aller. Définitivement.

Immanquablement, ce recueil de nouvelles, au travers de ses réflexions sur la peur et la mort, est un hymne à la vie. Vous aurez envie de profiter de chaque moment présent après avoir terminé la lecture de cet ouvrage. Frédéric Lyvins possède ce talent rare de pouvoir immerger le lecteur dans ses textes dont on ne peut que ressortir transformé. Un excellent recueil de nouvelles… à lire par soir d’orage, avec une petite lumière tamisée…

Publicités
Cet article a été publié dans Mes lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s