Le Malouin, B.D, éditions Tartamudo

CVT_Le-Malouin_9672

Cette bande dessinée m’a été proposée à chroniquer par les éditions Tartamudo et le forum « Au cœur de l’imaginarium » et je les en remercie.

Résumé :

En ces temps de paix avec la perfide Albion, un évènement incroyable va bouleverser l’’ennuyeuse routine des corsaires du Roi de France. Un véritable « génie », lointain cousin égaré de celui d’Aladin et des Mille et une Nuits, leur offre la possibilité de réaliser trois vœux. Et voilà nos pirates entraînés dans une suite d’aventures qui leur fera traverser les mers du sud à la recherche du Trésor de Rackham le Cruel. Avec sa mise en couleur directe et lumineuse, Vincent Pompetti (Raspoutine, La guerre des Gaules) apporte un souffle épique à ce récit de pirates imaginé par Tarek (Sir Arthur Benton).

Mon avis :etoiles3

Le premier élément qui m’a frappé en recevant cette BD, c’est sa couverture ressemblant à une aquarelle, avec des couleurs harmonieuses, deux personnages, les armes à la main…parfaitement dans le ton de la piraterie. Et quelle ne fut pas ma surprise, en ouvrant la BD, de découvrir que toutes les pages sont réalisées avec ce style, faisant de cet ouvrage une véritable succession de peintures ! Une bande dessinée au style particulier. Un gros point positif.

Immédiatement, je me plonge dans l’histoire proposée. Elle se tient : un génie dans une bouteille propose 3 vœux à celui qui le libère de sa fiole. Le capitaine du navire corsaire dispose donc de 3 vœux. Dommage que ce soit Gwenola, sa seconde, qui ouvre la fiole… n’est-ce pas elle du coup qui aurait dû profiter de ces vœux ? En relisant une seconde fois ce passage, je m’aperçois qu’elle offre la fiole ouverte à son capitaine. Un moment de flottement qui casse un peu la crédibilité de l’histoire. Il en va de même pour les vœux formulés par le capitaine : pas de formule « Je souhaite… », c’est le djinn qui nous fait comprendre qu’en quelques bulles, déjà deux vœux ont été formulés.

Mais ces petits moments de flottement ne m’empêchent pas de poursuivre l’histoire. Voilà donc l’équipage arrivant sur une île à la recherche d’un trésor, non sans avoir vogué difficilement pour y arriver. On retrouve là tous les éléments classiques de pirates recherchant un trésor qu’ils ne trouveront pas. Le capitaine, irrité, ne tient pas sa promesses envers le génie qui le maudit à revivre le début de cette histoire, mais en pire.

J’ai adoré les dessins de cette bande dessinée, ce qui est est son gros point positif. En revanche, l’histoire va trop vite : on saute de bulle en bulle sans qu’il n’y ait véritablement de liens entre elles et cela coupe quelque peu l’immersion du lecteur dans l’histoire. À noter la présence, à la fin de l’ouvrage, de petits points historiques sur l’époque à laquelle se passe l’histoire : très utile pour les lecteurs comme moi qui ne maîtrisent pas forcément cette période historique. En résumé : malgré quelques maladresses dans le déroulement de l’histoire, un bon moment de lecture, grâce à la qualité des illustrations.

Publicités
Cet article a été publié dans Mes lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le Malouin, B.D, éditions Tartamudo

  1. A reblogué ceci sur Les éditions Tartamudo :: accueilet a ajouté:
    Une chronique à lire sur notre BD Le Malouin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s