Rencontre, recueil collectif gratuit, éditions Lune Ecarlate

rencontre

Mon avis :etoiles4

« Rencontre« … en voilà un thème qui laisse songeur tant il est vague. Qu’entend-on nous par ce terme ? Vous penserez sans doute immédiatement à la rencontre amoureuse, à la naissance d’une amitié pourquoi pas ? D’autres s’attendront à une rencontre du troisième type peut-être… Il y a tant de façon de décliner une rencontre. C’est donc avec beaucoup d’excitation que j’ai ouvert cet ebook afin de savoir quelle(s) rencontre(s) se cachai(en)t derrière cette sublime couverture légère et apaisante…

Du bout des doigts : j’ai vu un reportage à la télévision sur ces restaurants où l’on mange dans le noir et je me suis toujours demandé l’effet que cela ferait. Avec cette nouvelle de Chloé Boffy, j’ai pu vivre cette expérience, tant les descriptions des sensations y sont puissantes et parlantes. Quand la peau se substitue à la vue, notre vision des choses change. J’ai été emporté à la lecture de cette nouvelle. Le recueil commence donc bien, donnant envie de passer immédiatement à la suivante.

Faux ! : une rencontre entre deux mondes, deux univers, sur fond de fantastique. Cette nouvelle dénonce les incohérences et les faux-semblants d’un homme face à un dilemme : vie personnelle ou mariage et entraves ? Il va avoir recourt à un « faux-frère », un autre lui, un pantin de bois qui va prendre sa place d’époux pendant qu’il termine l’écriture de son livre. Mais lorsqu’on vient l’arrêter, l’auteur, Christophe Collins, nous amène  à réfléchir sur les conséquences de nos dérobades conjugales.

Connexion : Mell 2.2 nous propose ici un voyage dans de la science-fiction pure, avec une rencontre entre deux individus de races qui s’opposent depuis la nuit des temps, mais qui sont éternellement liées, l’une étant faite pour dominer l’autre. Mais quelle étrange rencontre entre ces deux êtres qui, au lieu de suivre les lois dictées par leurs conditions, décident que leur relation sera vécue sur un même pied d’égalité ! L’incroyable description des sentiments des deux personnages fait de l’écriture de Mell 2.2 un régal. J’aurais même aimé que ce ne soit pas qu’un nouvelle, mais plutôt un roman, tant cette histoire a du potentiel. Mais qui sait ? Peut-être cette nouvelle donnera naissance à une suite ?

Fix (version allégée de la nouvelle parue dans le recueil « Funestes murmures ») : il s’agit ici d’une rencontre intime entre une star du rock qui sort de désintox et la drogue. Nathy nous fait vibrer au rythme de son écriture et une question nous pousse à lire cette nouvelle jusqu’au bout : replongera ou replongera pas ? C’est une nouvelle cruelle de réalisme.

Harba : Cathy Coopman nous entraîne dans l’étrange rencontre entre une auteure et un inconnu pendant qu’elle écrit son dernier livre. Histoire idyllique ? Rien n’est moins sûr, surtout lorsqu’à la fin la réalité et l’histoire écrite par la protagoniste se mélangent, laissant le doute de la réalité de cette rencontre dans l’esprit du lecteur ! Un joli coup d’écriture !

La jeune femme à la boucle d’oreille : énigmatique rencontre entre un écrivain à la vie sociale en berne et une jeune inconnu dans un club privé. Incapable d’engager la relation, il se contente d’observer la jeune femme et ne gardera d’elle que sa boucle d’oreille. Denis Labbe nous décrit ici une situation réaliste et la puissance des émotions se dégageant de la réaction de son personnage nous immerge totalement dans la nouvelle.

Le train du désir : certainement la nouvelle qui m’a le plus marqué. Frédéric Livyns va droit au but, avec un vocabulaire cru et sans appel. Lorsqu’un prédateur sexuel rencontre sa potentielle prochaine proie, il ne s’attendait certainement pas à la fin de cette nouvelle que je ne dévoilerai pas, tant elle est déroutante. Après la lecture de Sutures, voici encore du grand Frédéric Livyns !

Un matin de septembre : que serait un recueil sur le thème de la rencontre sans la plus belle d’entre elles : celle d’une mère mettant au monde son enfant ? Rose Berryl nous transporte dans ce moment merveilleux, avec les doutes et les angoisses qu’ont certainement dû éprouver toutes les mères au moment de la naissance de leur enfant. Un plaisir de lecture !

Où la temporalité croisée rencontre l’administration littéraire : déjà rien que le titre de la nouvelle m’a laissé dubitatif, j’ai dû le relire plusieurs fois avant de me lancer dans le texte, cherchant par là le sens de ce titre si atypique. Sans doute la nouvelle la plus énigmatique du recueil dont je n’ai pas su percer le sens, tant l’écriture de Suzanne Vanweddingen est déroutante par le scénario choisi. C’est la nouvelle que j’ai le moins apprécié.

Serah : Alizéé Villemin nous propose  une rencontre entre une chercheuse ayant découvert « un serum de divination » et elle-même, cinquante années plus tard. Face aux conséquences de cette découverte et à la dévastation de la planète, cette chercheuse aura-t-elle le cran de renoncer à la gloire, la renommée et la fortune ? Très belle morale sur les actes souvent irréfléchis de l’espèce humaine et leurs conséquences.

The end : John Steelwood nous offre ici une situation des plus banales que nous craignons tous de voir se réaliser un jour. Une famille, une voiture, un accident. Remords et culpabilité d’un père de famille, seul survivant, vont laisser rapidement la place à la vengeance. Quoi de plus naturel pour l’espèce humaine lorsqu’on a perdu les gens auxquels on tenait le plus ? Une rencontre entre un homme qui a tout perdu et la personne qui est responsable de cette perte… Nouvelle effroyable de réalisme qui ne manquera pas de laissé une trace dans l’esprit du lecteur… Encore une fois, John Steelwood fait mouche !

Une nuit : une rencontre entre une femme dépressive qui a perdu goût à la vie et la Mort. Mais une faucheuse qui tente de remotiver cette femme en lui permettant de parler avec son grand-père. Marielle Ranzini-Marquet nous plonge dans une situation fantastique teintée de réalisme : qui n’a jamais songé, dans un moment de détresse, à une personne chère à son cœur pour en tirer la force de surpasser l’épreuve vécue ? Très beau moment de lecture…

Lord Idelston : la rencontre entre un écrivain et le personnage de ses romans au moment où il s’apprête à le faire mourir. Nicolas Saintier nous décrit ici le lien étroit qui lie un auteur à son personnage qu’il pensait connaître puisqu’il en est le créateur. Mais connaît-on véritablement toutes les facettes des gens que nous mettons en scène ? Et au-delà de cela : un écrivain est-il prêt à mettre un terme à l’existence de son personnage ? Un lien bien plus puissant qu’une simple trace d’encre sur une feuille…

Rencontre est un recueil collectif qui décline parfaitement ce thème sous différents aspects, allant de la simple rencontre amoureuse, mystérieuse, à la rencontre avec soi-même, plus profonde, plus intime encore, le tout en passant du réalisme, au fantastique ou à la science-fiction. Un très belle réussite que ce recueil collectif, dont la lecture vous poussera à percevoir vos prochaines rencontres, quelles qu’elles soient, sous un autre aspect.

Advertisements
Cet article a été publié dans Mes lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s