Extrait 1 du roman « Le Mnemenol »

terre_018

Voici le premier extrait (version non corrigée) de ce roman de science-fiction pure en attente de réponse chez plusieurs éditeurs papier :

CHAPITRE UN

Les réflecteurs

 

11 mars 2197, 5h57…

— Evan ?

Elle tenta de le réveiller en douceur, mais l’inquiétude était palpable dans le son de sa voix. Elle observait le tatouage sur son épaule : ce tribal qui l’avait toujours fascinée. Torse nu, allongé sur son lit de camp, il dormait fermement. Elle constata que le bracelet de cuir qu’elle lui avait offert pour son anniversaire était toujours à son poignet. Elle esquissa un sourire qui dissipa, l’espace d’un court instant, ses craintes.

— Evan ? Réveille-toi ! insista-t-elle.

Il cligna des yeux, reprenant conscience de son environnement. Autour de lui : quelques ouvriers allongés sur des lits profitaient du peu d’heures de sommeil que la situation leur laissait.

— Chloé ? demanda-t-il, la voix et l’esprit encore embrumés de sommeil. Combien de temps ai-je dormi ?

— Quatre heures.

— Vous y êtes arrivés ? s’enquit-il, espérant entendre une bonne nouvelle.

Chloé secoua la tête, déçue, balayant en un instant tous les espoirs d’Evan. Il l’observa dans la pénombre de la salle de repos. Du haut de ses vingt-sept ans, elle était épuisée : des traces de suies barraient son visage fin et décoraient sa salopette usée. Il se souvint qu’il n’avait même pas pris le temps de se débarbouiller un minimum avant de s’affaler sur l’une des banquettes, terrassé par la fatigue. Les cheveux blonds de Chloé étaient regroupés en un vulgaire chignon retenu par une large pince. Ils étaient couverts de saletés. Cela faisait ressortir ses yeux bleus.

— Il va lâcher, expliqua-t-elle, le ramenant à la réalité. Nous n’arrivons pas à stabiliser le flux de particules.

— Et le branchement du dérivateur ? Ça a donné quoi ? demanda Evan en se levant.

Il s’étira pour chasser les dernières réminiscences de sommeil, saisit son T-shirt couvert de suie et l’enfila rapidement.

— Les interférences du réflecteur laissent entrer de l’air extérieur, l’informa-t-elle. On ne peut pas s’approcher pour le brancher.

— Pourtant il le faut : on ne peut pas se permettre de perdre un des réflecteurs de la Bulle, renchérit-il. Même avec les masques ?

— Le chef refuse que quelqu’un passe le sas, l’informa Chloé.

— C’est un trouillard ! s’énerva Evan.

Le visage crasseux de Chloé était imprégné par la tristesse et l’angoisse. Evan savait que la situation était critique. Cela faisait déjà plusieurs jours que l’un des réflecteurs de la Bulle protégeant la Douzième Cité du monde extérieur menaçait de s’arrêter.

Chacune des treize villes abritant l’humanité était protégée par un champ de force appelé la Bulle. Il empêchait l’air infesté par les spores végétales ainsi que les prédateurs de pénétrer dans la ville.

Cette dernière était cerclée par un vaste mur d’enceinte. Les relais de la Bulle émergeaient à intervalles réguliers au sommet de la muraille. D’autres parois de béton immenses, sur lesquels de nouveaux relais étaient disposés, partaient du mur d’enceinte, divisant la cité en plusieurs secteurs. Les réflecteurs ressemblaient à d’immenses antennes disposées devant le mur d’enceinte. Depuis que le générateur souterrain de la Bulle avait été mis en marche, les réflecteurs étaient reliés entre eux par un flux ininterrompu de particules, relayé par les antennes sur le mur d’enceinte et ceux divisant les secteurs de la ville. Le tout, formait une bulle au-dessus de la cité. Aucun élément organique se trouvant à l’extérieur de la Bulle ne pouvait traverser ce champ de force. L’air était filtré par la Bulle-même. Les réflecteurs devaient être constamment sous surveillance : si l’un d’entre eux arrêtait de fonctionner, un secteur de la ville serait exposé au monde extérieur, sauvage et hostile…

Advertisements
Cet article a été publié dans Le Mnemenol. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s