Le korrigan ferrailleur, de Didier de Vaujany, éditions l’ivre-book.

le-korrigan-ferrailleur

Résumé de l’éditeur :

Sur quelques parcelles d’un astre disloqué, l’improbable s’est produit. Des rescapés ont organisé leur survie. Les Géants ont édifié de vertigineuses passerelles entre de nombreux îlots de roches. Les Elfes se sont affairés à la construction d’impressionnants cargos-dirigeables volants. Les Nymphes ont usé de leur pouvoir pour redonner un peu d’éclat aux terres trop arides. Les Fées ont transcendé leur magie afin d’empêcher que ces nations ne soient exsangues d’atmosphère et de chaleur. C’est au cœur de ce monde que vit Féléron, Korrigan Ferrailleur, isolé sur l’une des innombrables roches-contrées. Mais que va déclencher l’arrivée d’Alzanya, superbe Amazone et objet de tous ses fantasmes ?Auteur du cycle de Tryskellia, Didier de Vaujany nous plonge allégrement dans un étrange univers de fantasy saupoudré d’un certain érotisme.

Mon avis :

etoiles

C’est un univers autant improbable qu’incroyable que nous propose d’explorer Didier de Vaujany dans ce récit court. Improbable car se côtoient des elfes, des fées, des géants, des amazones, des humains… tout un environnement digne de la fantasy avec un univers teinté de steampunk et de science-fiction. Un pari audacieux et brillamment réussi, qui rend cette histoire incroyable.

L’auteur manie avec une aisance déconcertante les méandres du temps, nous baladant dans des dimensions parallèles, le tout avec une cohérence assurée. Le personnage du korrigan est très attachant : d’aspect laid et repoussant, cette misérable créature, qui a survécu au cataclysme survenu sur sa planète, a pourtant à cœur de changer le cours du temps, aspirant secrètement à modifier le destin de son monde. Il compte y parvenir grâce à une machine permettant de remonter dans le temps, fonctionnant avec la puissance magique des larmes d’une amazone. Mais il n’avait pas prévu de s’enticher de la belle ! Usant de maintes stratagèmes pour revivre le jour de leur rencontre et lui soudoyer quelques larmes, le korrigan se prend à son propre piège.

J’ai particulièrement apprécié la manière de présenter le récit : un personnage narrateur trouve le journal intime du korrigan et se plonge dans les pages de sa survie sur cette planète désertique. Le mélange entre magie, steampunk, fantasy opère à merveille et transporte le lecteur dans l’histoire, l’immergeant complètement.

Mon seul regret ? L’histoire est trop courte, mais comme le dit l’auteur lui-même : « La fin pourrait être celle-ci, mais…. » j’espère qu’il y aura une suite, tant l’univers du korrigan ferrailleur mériterait d’être exploité et offre des perspectives immenses !

Advertisements
Cet article a été publié dans Mes lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s